6 juin 2016
Communiqué de presse

Comptes de profits et pertes des établissements de crédit au 31 mars 2016

Communiqué de presse 16/27

La CSSF évalue le résultat avant provisions du secteur bancaire luxembourgeois à 1.305 millions d’EUR pour le premier trimestre de 2016. Par rapport à la même période de l’exercice 2015, le résultat avant provisions baisse ainsi de 17,7%.

L’évolution du compte de profits et pertes des établissements de crédit au Luxembourg résulte de la diminution du produit bancaire (-9%) dont l’origine se trouve principalement du côté des autres revenus nets.

La baisse du produit bancaire est expliquée par une évolution défavorable des revenus nets de commissions ainsi que des autres revenus nets, alors que la marge d’intérêts progresse de 7,6% par rapport à la même période en 2015. Dans le contexte de taux d’intérêt bas, voire négatifs, la marge d’intérêts reste baissière pour la majorité des banques de la place. La forte progression en comparaison annuelle ne résulte que d’un nombre limité d’établissements de crédit et est expliquée par des facteurs spécifiques à ces banques. La baisse des revenus nets de commissions a été observée pour plus que la moitié des banques au Luxembourg. La diminution de ces revenus, qui sont en large partie le résultat des métiers de la gestion d’actifs pour compte de clients privés et institutionnels, est liée au contexte boursier défavorable au premier trimestre de cette année, alors que les marchés financiers avaient connu une hausse significative au cours du premier trimestre 2015.

Les autres revenus nets baissent fortement (-40,4%) par rapport à la même période de l’année précédente. Par sa composition, ce poste est fort volatile. La baisse observée fin mars 2016 par rapport à la même période en 2015 n’est due qu’à un nombre restreint de banques de la place et résulte de facteurs non récurrents.

Les frais généraux augmentent de 1% en rythme annuel. Cette augmentation est liée aux autres frais généraux (en hausse de 3,9%) alors que les frais de personnel diminuent de 1,7% sur un an. L’accroissement concerne la majorité des banques de la place financière et reflète aussi bien des investissements dans de nouvelles infrastructures techniques que les charges à supporter par les banques pour leur mise en conformité avec un cadre réglementaire à complexité accrue.

En raison des développements susmentionnés, le résultat avant provisions diminue de 17,7% en comparaison annuelle.

Compte de profits et pertes au 31 mars 2016

1 Afin de pouvoir mieux refléter les tendances des différentes sources de revenus des banques, les dividendes perçus ont été reclassés de la marge d’intérêts dans les autres revenus nets. Ce reclassement reflète de manière appropriée les corrélations existantes entre actifs évalués à la juste valeur et la distribution de dividendes y relative.