Professionnels

28 avril 2020

Communiqué de presse 20/11

Le résultat avant provisions du secteur bancaire luxembourgeois s’élève à 4.748,6 millions d’EUR au 31 décembre 2019, ce qui représente une baisse de 6,4% par rapport à l’année précédente.

Du côté des revenus, la marge d’intérêts a augmenté de 7,7% par rapport à l’année 2018. Une majorité des établissements de crédit a connu un développement positif de la marge d’intérêts grâce à l’augmentation du volume d’activités et de l’amélioration du taux de rendement moyen sur actifs. Plus que la moitié des banques applique désormais des taux d’intérêt négatifs sur les dépôts collectés auprès de la clientèle institutionnelle financière.

Les revenus nets de commissions ont augmenté de 2,7% sur un an, reflétant principalement le développement positif des banques dépositaires pour compte de fonds d’investissement ainsi que, pour un nombre limité de banques, le transfert au Luxembourg d’activités en raison du Brexit.

L’évolution des autres revenus nets se caractérise toujours par une forte volatilité dominée par des résultats non récurrents auprès d’un nombre très restreint de banques. Les raisons principales de la baisse de ce poste en 2019 ont été, par ordre d’importance, la baisse des plus-values réalisées sur des portefeuilles-titres et la baisse des dividendes perçus.

Concernant les charges, deux tiers des banques ont connu une augmentation de leurs frais généraux sur un an. Toutefois, l’ampleur de cette hausse (+8,4%) tient son origine principalement de la mobilisation des moyens humains et techniques nécessaires pour gérer les activités bancaires transférées en vue du Brexit auprès de quelques établissements de crédit à Luxembourg. Cette augmentation touche aussi bien les autres frais généraux (+8,0%) que les frais de personnel (+8,7%). Si l’on faisait abstraction de l’effet Brexit, le montant total des frais généraux serait en légère diminution, compte tenu de la diminution du nombre de banques à 125 au 31 décembre 2019.

Les développements susmentionnés conduisent à une dégradation continue du rapport charges sur revenus, qui passe de 57% à 61% à la fin de 2019.

Compte de profits et pertes au 31 décembre 2019

1 Y compris les dividendes perçus.